Comment gérer l'immigration et le VIH

Comment gérer l'immigration et le VIH

Les contributeurs
Dave Este
Professeur émérite de travail social, Université de Calgary
L'équipe I AM
Vous souhaitez contribuer au blog I-AM ? Votre histoire, vos idées et votre point de vue sont importants. Que vous soyez membre d'une organisation communautaire, indépendant ou autre, nous serions ravis de vous entendre !
Connectons-nous
flèche pointant vers la droite
Partager cet article

Si vous vivez avec le VIH et que vous cherchez à immigrer au Canada, il y a certaines choses que vous devez savoir pour vous y retrouver dans le système.

Vous savez peut-être que le Canada avait une politique qui interdisait aux personnes séropositives d'entrer sur son territoire, mais qu'il a levé cette interdiction en 2016. Toutefois, le voyage peut encore être semé d'embûches.

Une chose que vous devez garder à l'esprit est que des examens médicaux sont requis pour l'immigration, ce qui peut constituer un obstacle majeur pour les personnes séropositives. Certains agents d'immigration ont encore des opinions dépassées et ignorantes sur le VIH, ce qui peut conduire à la discrimination et au refus de visa.

De plus, si vous êtes séropositif ou si vous subissez l'un des autres tests requis, vous risquez de ne pas recevoir immédiatement les conseils et l'aide dont vous avez besoin de la part des services de l'immigration.

Mais il n'y a pas de raison de s'énerver, nous nous efforçons de vous couvrir !

Découvrez ces 5 conseils qui vous aideront à passer le cap sans encombre, quelles que soient les difficultés rencontrées en cours de route...

Conseil n° 1...

Connaissez vos droits ! La Charte canadienne des droits et libertés protège les personnes handicapées, y compris celles qui vivent avec le VIH. Familiarisez-vous donc avec les lois et les règlements qui s'appliquent au VIH et à l'immigration, et obtenez des conseils juridiques si vous en avez besoin.

Conseil n° 2...

Soyez sincère au sujet de votre statut VIH. C'est une décision personnelle, mais il est essentiel de la révéler au cours de la procédure d'immigration. Si vous ne le faites pas, vous risquez de vous voir refuser un visa. Mais ne vous inquiétez pas, le gouvernement canadien s'est engagé à ne pas divulguer votre statut.

Conseil n° 3...

Mettez de l'ordre dans vos papiers. Assurez-vous que vos documents médicaux sont à jour et complets, avec toutes les informations concernant votre traitement et votre charge virale. Ces informations sont utilisées pour déterminer si vous pouvez prétendre à l'immigration pour des raisons médicales.

Conseil n° 4...‍

Le soutien d'organisations spécialisées dans le VIH et l'immigration (voir les liens en bas de page). Elles peuvent vous aider en vous donnant des conseils juridiques, des informations sur la procédure et un soutien émotionnel. Ils peuvent même vous mettre en contact avec des ressources et des références.

Conseil n° 5...

Si vous obtenez un résultat positif au cours de votre procédure d'immigration, NE VOUS INQUIÉTEZ PAS ! N'oubliez pas qu'il est essentiel que vous preniez soin de vous. C'est peut-être beaucoup à assimiler en ce moment, mais vous pouvez y arriver !

L'étape suivante la plus importante consiste à répondre à vos besoins émotionnels immédiats. Il se peut que vous n'ayez pas reçu l'aide et le soutien que vous méritez immédiatement après le test. C'est donc le moment de prendre contact avec une personne de confiance pour obtenir du soutien.

Le Canada est un pays compatissant et accueillant, et vous devriez vous sentir libre de poursuivre votre rêve d'y immigrer, même avec le VIH. N'oubliez pas ces conseils et vous serez prêt à partir. Paix !

Des visages d'autochtones canadiens apparaissent sur un panneau "YYC" à l'aéroport international de Calgary (THE CANADIAN PRESS/Jeff McIntosh).

Derniers messages

Lorem ipsum dolor sit amet, consectetur adipiscing elit.

Embrasser l'esprit de nos festivals communautaires pour lutter contre le VIH

Les étudiants, l'anxiété et les tests : Rétablir les faits

Unbroken Spirit : Le voyage inimaginable d'une femme noire qui a triomphé du génocide, de la violence et du VIH

En 1994, le génocide au Rwanda a tout changé pour moi. J'ai perdu tant d'êtres chers, y compris mon mari qui a été tué par des soldats.